Prévention des risques psychosociaux : un levier d’amélioration de la qualité de vie au travail dans la FPT

Entretien avec Philippe Mège, Président d’Impact Prévention, publié dans le numéro hors-série de la lettre d’information et d’analyse Altersécurité infos édité à l’occasion du Salon des Maires 2019.

Altersécurité infos, lettre mensuelle d’information sur les risques professionnels.

On s’imagine souvent que la fonction publique est moins exposée aux risques psychosociaux que le secteur privé. Est-ce exact ?

Cette vision relève du cliché. Une récente étude du ministère de l’Action et des Comptes publics a établi que les agents de la fonction publique territoriale (FPT) sont davantage exposés aux risques psychosociaux que les salariés du privé. Ainsi, 54 % d’entre eux travaillent dans un établissement déclarant une exposition localisée ou généralisée à la “nécessité de travailler dans l’urgence”, contre 30,4 % des salariés du secteur marchand et associatif. Et cette forte exposition se vérifie aussi pour la “charge de travail trop importante” (33,6 %), les “tensions avec le public” (36,2 %). En raison de multiples facteurs – contraintes budgétaires, exigence croissante des administrés, déclin du civisme -, la FPT est aujourd’hui un secteur sous tension.

Les collectivités territoriales ont-elles pris la mesure de ce problème ?

Selon l’étude ministérielle déjà citée, seuls 39,4 % des agents de la FPT travaillent dans un établissement disposant d’un document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER) mis à jour et incluant un diagnostic des risques psychosociaux, alors qu’il s’agit d’une obligation légale. Cette lacune révèle les difficultés éprouvées par de nombreuses collectivités pour traiter un sujet nécessitant des compétences très spécifiques.

Comment aidez-vous les collectivités à respecter leurs obligations en la matière ?

Nous avons mis au point tout un éventail de prestations sur mesure allant du diagnostic RPS au soutien des agents en souffrance, sans oublier la sensibilisation des travailleurs aux RPS. Ces différentes prestations permettent aux maires et présidents d’exécutifs locaux de respecter leurs obligations légales tout en démarrant une véritable démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail (QVT), gage d’un meilleur fonctionnement de leur collectivité. En effet, comme le souligne la Direction générale de la fonction publique (DGFP), il existe “un lien direct entre qualité de service et qualité des conditions de travail des agents”.

Categories: Actualités
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *