Diagnostic des risques psychosociaux (RPS)

“Le diag­nos­tic RPS sou­tient les orga­ni­sa­tions dans l’amélioration de la san­té phy­sique et men­tale de leur personnel.”

Pourquoi procéder à un diagnostic RPS ?

Obligations réglementaires

Le diag­nos­tic RPS per­met de répondre à l’obligation d’identifier, d’évaluer et de pré­ve­nir les risques pro­fes­sion­nels dont les risques psy­cho­so­ciaux et leurs effets sur la san­té men­tale et phy­sique des travailleurs.

Il s’inscrit dans la démarche glo­bale d’identification et d’évaluation des risques pro­fes­sion­nels et est donc étroi­te­ment lié au Docu­ment unique (DUER) que les entre­prises ont l’obligation de réa­li­ser et mettre à jour et auquel il doit être joint de façon à répondre à l’obligation de sécu­ri­té du chef d’entreprise.

S’agissant des col­lec­ti­vi­tés publiques, l’obligation d’évaluer et pré­ve­nir les risques psy­cho­so­ciaux via un diag­nos­tic RPS est expri­mée de façon plus directe et expli­cite encore. En effet, un accord-cadre rela­tif à la pré­ven­tion des risques psy­cho­so­ciaux (RPS) dans la fonc­tion publique a été signé le 22 octobre 2013, obli­geant chaque employeur public à éla­bo­rer un plan d’évaluation et de pré­ven­tion des RPS d’ici 2015. Ces plans d’ac­tion reposent sur une phase de diag­nos­tic asso­ciant les agents et qui devra inté­grer les DUERP.

Bénéfices managériaux

Tou­te­fois, au-delà de ces aspects régle­men­taires, le diag­nos­tic RPS se révèle un pré­cieux outil opé­ra­tion­nel pour les diri­geants et les mana­gers. Il per­met en effet de sou­te­nir les orga­ni­sa­tions dans l’amélioration de la san­té phy­sique et men­tale de leur per­son­nel ain­si que de leurs condi­tions de tra­vail. Il s’inscrit donc dans une démarche de pro­grès qui, en iden­ti­fiant les fac­teurs de souf­france au tra­vail, contri­bue à ren­for­cer l’engagement du per­son­nel et la per­for­mance de l’organisation tout entière.

Déroulement de la prestation :

La pres­ta­tion pro­po­sée par Impact Pré­ven­tion com­prend les phases sui­vantes, adap­tées et pré­ci­sées dans une lettre de mis­sion afin de tenir compte de la spé­ci­fi­ci­té de chaque client :

  • Entre­tien explo­ra­toire avec la direc­tion afin de connaître le contexte d’intervention et l’historique de l’organisation.
  • Réunion de pré­sen­ta­tion de la démarche aux travailleurs.
  • Recueil et exploi­ta­tion des infor­ma­tions documentaires.
  • Ques­tion­naire et/ou entre­tiens col­lec­tifs et/ou entre­tiens individuels.
  • Éta­blis­se­ment du diag­nos­tic don­nant lieu à un rap­port écrit et à un éven­tuel pro­gramme d’actions de pré­ven­tion si celui-ci est jugé nécessaire.
  • Remise du rap­port au client avec réunion d’information au personnel.
  • Mise à jour et enri­chis­se­ment du docu­ment unique d’évaluation des risques pro­fes­sion­nels (DUER) en fonc­tion des résul­tats du diag­nos­tic RPS notam­ment sur son cha­pitre RPS mais éga­le­ment pour toutes les thé­ma­tiques qui sont liées : for­ma­tion, orga­ni­sa­tion du tra­vail, condi­tions de travail…

Cette inter­ven­tion est sys­té­ma­ti­que­ment réa­li­sée sous la direc­tion d’un psy­cho­logue social, IPRP RPS.

Documents fournis :

Un rap­port écrit com­plet est four­ni au client, notam­ment en vue d’être annexé au docu­ment unique d’évaluation des risques pro­fes­sion­nels. Véri­table diag­nos­tic sur la situa­tion de l’entreprise en termes de risques psy­cho­so­ciaux, ce rap­port pose un regard objec­tif sur la situa­tion et met en exergue d’éventuels fac­teurs de risques. Il est accom­pa­gné d’un pro­gramme d’actions de pré­ven­tion et de pré­co­ni­sa­tions concrètes et adap­tées à la situa­tion du client.